Démystifier les étirements


Les étirements font fréquemment partie du vocabulaire dans le domaine sportif. La plupart du temps, ils sont utilisés à de mauvais moments ou pour de mauvaises raisons. Il est donc important de bien comprendre leur utilité.

 

Plusieurs croient que de s’étirer avant l’entraînement va aider à échauffer le corps. Par contre, un échauffement idéal est plutôt un exercice cardiovasculaire ou un exercice de musculation léger spécifique à l’entraînement. Ces types d’exercices permettent d’envoyer une plus grande quantité de sang dans les muscles de façon plus efficace.

 

Certains pensent aussi que les étirements après l’entraînement aident à réduire les courbatures des jours suivants. Cependant, c’est tout à fait l’inverse. En effet, lors de l’entraînement musculaire vous imposez des microdéchirures à vos muscles, ce qui leur permet de prendre du tonus. Ce sont ces microdéchirures qui vous donnent cette sensation de courbatures dans les jours qui suivent l’entraînement. Par contre, un étirement aussi cause un certain type de microdéchirures afin de permettre au muscle de gagner en longueur. Ainsi, additionnées à celles de l’entraînement, ces microdéchirures pourraient augmenter les symptômes de raideur musculaire dans les 48 heures suivant l’effort musculaire.

 

L’utilité principale des étirements est de gagner en souplesse à des fins de performance dans certains sports qui exigent la souplesse de l’athlète ou, encore, de simplement de rétablir un déséquilibre musculo-squelettique dû à une raideur musculaire qui nuit à des mouvements de la vie quotidienne. Il est important de garder en tête que : « trop, c’est comme pas assez »; une personne trop flexible sera plus sujette à subir certaines blessures traumatiques. En effet, pour plusieurs articulations du corps, ce sont les muscles et les ligaments qui tiennent les os en place. En étirant de façon excessive ces structures, les os seront tenus de façon moins solide et seront donc plus à risque de luxer ou subluxer, c’est-à-dire sortir de leur ancrage.

 

Bref, pour vous aider et vous éclairer sur les méthodes pour améliorer vos manques de souplesse, n’hésitez pas à venir consulter un kinésiologue.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *