La pratique d’activité physique et la diète DASH : des outils pour améliorer votre tension artérielle


 

 

 

Maxime Huot smal 2

De mauvaises habitudes de vies peuvent avoir de nombreuses répercussions négatives sur la santé.  Par ailleurs, la principale cause de l’hypertension artérielle systémique est l’adoption de mauvaises habitudes de vies soutenues sur une période prolongée. Au total, l’hypertension artérielle coûte plus de 2,3 milliards en consultations, médications et analyses de laboratoire au système de santé canadien.  Chez les adultes de plus de 50 ans, une personne sur deux aurait une tension artérielle élevée et de ceux-ci, la moitié ne seraient pas contrôlés adéquatement par la médication.  Malheureusement, une mauvaise tension artérielle ne se manifeste pas tel une grippe avec des symptômes facilement identifiables, ce qui fait en sorte que le tiers des personnes atteintes d’hypertension artérielle n’en sont pas conscientes.

Détrompez-vous, ceci ne signifie pas qu’il n’y a aucun risque pour la santé. En fait, il s’agit d’un des facteurs de risque les plus important pour le développement de maladies cardiovasculaires telles que les maladies cardiaques ischémiques, cérébrovasculaires, vasculaires périphériques et de maladies métaboliques tel que le diabète de type 2.

Une étude de 2010 s’est d’ailleurs penchée sur l’impact d’une intervention combinant la diète DASH et la pratique d’activité physique dans un but de gestion de poids sur le contrôle de la tension artérielle. Lors d’un suivi de 16 semaines, chez des participants en surplus de poids ou obèses présentant une tension artérielle élevée au repos, la combinaison de la diète DASH et de l’activité physique supervisée a eu un impact majeur sur la diminution de la tension artérielle. La diète DASH, « Dietary Approaches to Stop Hypertension », consiste en une alimentation riche en produits laitiers faibles en gras, en fruits et légumes, en fibres ainsi que faible en gras. L’activité physique supervisée quant à elle était pratiquée à raison de trois séances de 30 minutes à une intensité de 70 à 85% de la fréquence cardiaque de réserve du début de l’étude. Les individus bénéficiant de cette intervention ont vu une diminution moyenne de 16,1/9,9 mm Hg de leur tension artérielle et une perte de poids moyenne de 8,7kg lors de ce suivi de 4 mois. Ces résultats étaient significativement plus importants que pour les individus ayant uniquement suivi la diète DASH ou le groupe contrôle. Suite à ces résultats, on peut croire que la pratique d’activité physique combinée à l’alimentation procurerait des bénéfices additionnels afin d’obtenir une diminution de la tension artérielle. La combinaison de ces deux types d’interventions lors de l’établissement d’un plan d’action visant à diminuer la tension artérielle est alors à privilégier. Par ailleurs, ces résultats montrent que l’adoption de saines habitudes de vies serait comparable à une forte dose d’une médication antihypertensive.

Cependant, si vous êtes hypertendus et traités pour cette condition, n’apportez pas de modification à votre médication sans avoir rencontré votre médecin traitant. L’adoption de saines habitudes de vies pourrait vous permettre de diminuer les doses de votre médication ou d’éviter l’ajout d’une autre pillule à plus long terme.

Si vous avez besoin d’aide afin de modifier vos habitudes de vies n’hésitez pas à consulter une nutritionniste pour vos besoin nutritionnels et un kinésiologue pour ceux en activité physique!

 

 

Rapport du système national de surveillance des maladies chroniques : L’hypertension au Canada, 2010: Agence de la santé publique du Canada; 2010.

Joffres MR, Ghadirian P, Fodor JG, Petrasovits A, Chockalingam A, Hamet P. Awareness, treatment, and control of hypertension in Canada. Am J Hypertens. 1997;10(10 Pt 1):1097-1102.

Yoon SS, Ostchega Y, Louis T. Recent trends in the prevalence of high blood pressure and its treatment and control, 1999-2008. NCHS Data Brief. (48):1-8.

Egan BM, Zhao Y, Axon RN. US trends in prevalence, awareness, treatment, and control of hypertension, 1988-2008. JAMA.303(20):2043-2050

Blumenthal et al. Arch Int Med. 2010;170(2):126-135

 

Maxime Huot- kinésiologue

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *